Interprétez vos graphiques de préparation

Nous partageons ci-dessous quelques objets clé éléments clés à surveiller à garder à l’esprit lors de l’interprétation des graphiques visibles dans votre onglet Icon_Readiness__1_.png « Niveau de préparation ». On retrouve :

  • Le graphique de votre fréquence cardiaque au repos (FCR). 
  • Le graphique de variabilité de votre fréquence cardiaque (VFC). 

Avant d’entrer dans les détails, nous allons commencer par poser certaines bases pour vous préparer avec succès avant d’interpréter vos graphiques de préparation. Sachant cela, n’hésitez pas à suivre vos propres données Oura ou à utiliser les images incluses comme références.

Commençons par les bases : Votre cadre de travail. 

Lorsqu’il s’agit de votre physiologie individuelle, il est essentiel de vous concentrer sur ce qui est normal pour vous, puis de comparer tout changement et toute amélioration à partir de là. Une fois que vous utilisez Oura pendant ~2 semaines, vous avez accumulé assez de données pour disposer d’une base de référence bien calibrée pour votre fréquence cardiaque au repos et la variabilité de votre fréquence cardiaque, ainsi que pour toutes vos autres mesures Oura.

Vous pouvez évaluer votre fenêtre de base (*pour la FCR seulement) en consultant la fiche tout en haut de l’onglet Icon_Readiness__1_.png« niveau de préparation ». Votre fréquence cardiaque au repos est identifiée par les petits cercles blancs. En faisant défiler cette carte de gauche à droite, vous aurez une idée générale de ce qui est normal pour vous. Vous pouvez également vous faire une idée de vos niveaux normaux en consultant les tendances de votre niveau de préparation (accessibles dans le menu supérieur gauche Icon_Bars.pngde l’onglet Accueil) Icon_Home.pnget en vérifiant vos fluctuations hebdomadaires et mensuelles pour la FCR et la VFC.

Parce que tous les corps sont différents et s’adaptent à leur manière, votre FCR est susceptible d’apparaître relativement stable ou alors changer un peu plus au fil du temps—c’est la même chose pour votre VFC. Il n’existe pas de définition unique de ce qui est « bon » ou « mauvais » lorsqu’on parle de quelque chose d’aussi personnel que la FCR et la VFC. Il est aussi normal d’identifier des anormalités occasionnelles (c.-à-d., cas particuliers) comme une FCR inhabituellement élevée au cours d’une nuit. Notre conseil : ne restez pas figés sur ces exceptions et tenez plutôt compte de vos périodes relativement régulières. Par exemple, dans l’image montrée ci-dessous, on pourrait estimer que toute valeur nocturne de VFC moyenne située entre 51 et 59 bpm serait classée dans la « case » typique de la personne.

*Ce même processus peut être appliqué pour la VFC via les tendances, en utilisant de préférence les vues hebdomadaires ou mensuelles. 

mceclip3.png

Dans tous les cas, découvrez d'abord vos habitudes en vous référant aux données indiquées par Oura, ensuite, affinez vos graphiques et vos valeurs quotidiennes à partir de là.

Le graphique de votre fréquence cardiaque au repos (FCR). 

Ce qu’il faut optimiser :

  • En général, les valeurs FCR sont meilleures. L’objectif pour votre fréquence cardiaque est de rester dans son niveau normal, ne pas être trop élevée (plus de 5 bpm au-dessus de votre moyenne) ou plus basse (plus de 10 bpm en dessous de votre moyenne)—et d’atteindre son point le plus bas durant la première moitié de la nuit, donnant à votre corps suffisamment de temps pour recharger ses batteries pour le jour suivant. *Votre faible niveau de FCR est représenté par le point blanc illuminé sur votre graphique.
  • Il est naturel que votre fréquence cardiaque s’accélère légèrement au cours de la seconde moitié de la nuit, car vous êtes susceptible d’entrer dans des périodes de sommeil paradoxal (c’est-à-dire d’état de rêve) et surtout à l’approche de l’heure de réveil. Dans l’idéal, vous voulez que votre graphique de fréquence cardiaque au repos ressemble à un sourire. Vous commencez par un niveau élevé sur le côté gauche de votre graphique (c’est-à-dire vers l’heure du coucher), vous descendez vers le milieu, puis vous remontez à nouveau sur le côté droit (c’est-à-dire vers l’heure de réveil). 

Votre faible niveau de FCR a atteint la première moitié de la nuit :

mceclip4.png

  • Si votre FCR n’atteint pas son niveau le plus faible d’ici la seconde moitié de la nuit, c’est un signe que votre corps travaille plus. La réaction de votre FCR et de votre VFC au cours de la nuit est le reflet de ce que vous avez fait subir à votre corps et à votre esprit au cours de la journée précédente. Ceci étant dit, si votre fréquence cardiaque s’accélère après vous être couché, ou descend sans remonter à l’approche de votre heure de réveil, votre corps vous indique qu’il n’a pas correctement récupéré du jour précédent dû à des facteurs comportementaux ou de votre style de vie. Dans ces cas, votre ligne de tendances peut apparaître sous la forme d’une colline ou une pente descendante.

Votre faible niveau de FCR n’a pas atteint la seconde moitié de la nuit :

mceclip5.png

Le graphique de variabilité de votre fréquence cardiaque (VFC). 

Ce qu’il faut optimiser :

  • En général, les valeurs VFC sont meilleures. Tout ce qui est égal ou supérieur à votre moyenne normale vaut la peine d’être recherché - même si des valeurs nettement plus élevées que celles que vous avez l’habitude de voir dans vos données peuvent en fait être le signe que votre corps est trop reposé. Si c’était le cas, vous vous sentiriez probablement un peu léthargique ou sans énergie. Dans tous les cas, des valeurs plus élevées que vos points de données typiques de la VFC laissent à penser que votre corps vous dit « je suis prêt à affronter la journée. »
  • Il ne faut pas se tracasser si vos valeurs de votre VFC sont légèrement en dessous de votre moyenne normale. En effet, la VFC a tendance à être une métrique hautement sensible. Cependant, les valeurs se situant bien en dessous de ce que vous avez l’habitude de voir tous les jours laissent à penser que votre corps essaie de vous avertir et de vous informer que vous ne prenez pas soin de vous au maximum. Dans cet article, vous trouverez une liste de sources potentielles de cette tendance dans vos données #2.
  • En règle générale, des variations plus nombreuses (c.-à-d., « des hauts et des bas » sur votre graphique) sont aussi idéales. Celles-ci montrent une grande résilience de votre cœur même ainsi que l’interconnexion avec d’autres systèmes principaux de votre corps tels que votre système nerveux autonome, votre cerveau, etc. Vous pouvez vous en rendre compte en observant les lignes de votre graphique ou en regardant votre valeur VFC maximale (indiquée en petits caractères bleus sous votre valeur moyenne de la nuit).

mceclip6.png

Cet article vous a-t-il été utile ? Utilisateurs qui ont trouvé cela utile : 54 sur 55
Vous avez d'autres questions ? Cliquez ici pour en savoir plus.
Revenir en haut de la page